Hybris

Tomber dans tes eaux sans savoir

que ce sont tes eaux.

Tomber, avoir le mal de mer infiniment.

Tu es le monde bleu où je ne cesserai pas de nager

parce qu'il n'y a pas d'autre fin que de nager en ces eaux.

Je ne connais d'autre terre que ces eaux

dont je garde l'empreinte turquoise sur mes bras,

le Léviathan  nageant dans ma chair, j'étais la chair de ta chair

et nous étions l'arbre portant le fruit

sur les fleuves tumultueux

de mon Amour.

La lumière du shabbat est allumé et le feu brûle.

Nous adorions le soleil de midi sur ta couche,

j'étais submergée de soleil,

et tu m'as dit: tu es submergée de soleil.

Puis je fus pleine de toi,

je devins grande et lointaine.

Et le silence cessa,

l'Océan fut.

 

 

 

 

 

 

 

la mer Jonathan

La marée a reflué de la chambre

où tu dors dans le secret des eaux douces.

Comme une bouée ta tête entre mes mains

quand ton corps déjà touche le fond.

La brise se faufile entre nous,

mon regard  sur ton visage

est un filet d'eau qui monte

et glisse de ton souffle.

Les vagues de ton corps gisent

et s'éveillent dans le mystère profond de l'eau

et l'attraction de la lune.

Le vent ouvre des brèches

pour faire entrer la lumière du soleil,

la lune danse dans la spirale de tes rêves

jusqu'à ce qu'une grande crue inonde la pièce

et disperse les nouvelles brisures

dans le secret des eaux occultes.

Tu grandis,

ta tête est posée sur la rive de mes mains.

Je ne toucherai pas à ton corps endormi,

je lancerai de petits cailloux aux secrets de la mer,

pour que les vagues s'arrondissent et se répandent autour.

Ce sont elles qui répondent à l'attente de ton corps

pour se fondre dans l'écume,

et t'offrir la mer, Jonathan.

 

*

Nous aimions maltraiter notre amour

lui tourner le dos, poussé, ballotté en tous sens,

et le voir souffrir de notre  indifférence

jusqu'à étrangler son coeur,

nous aimions torturer notre amour

sentir ses limites à respirer encore sous l'eau,

nos quatre mains autour de sa gorge

attendant qu'il tousse, se reprenne, les yeux rouges de solitude,

jusqu'à  rire de sa rupture, pour être à nouveau ensemble.

Nous ne voyions plus son sang couler sous le lit

ni tout ce qu'il voulait dire.

 

Tremblement de ville

La ville intérieure tremblait.

Fallait-il être vraiment désolé et demander pardon

se dire que la ville ne serait plus jamais la même

car la confiance et la paix dans son coeur obscur étaient atteintes.

Au centre du salon des observateurs étrangers sont entrés.

Assis sur le canapé rouge.

Ils ont le regard réaliste de professeurs de mathématiques

le regard froid et  de hauts salaires,

tandis que nous sommes enfermés dans les livres de poésie,

nous sommes une citadelle dont les murs sont tombés

parce que j'ai laissé la colère éclater et invectiver ce qui fut.

Les observateurs au regard froid

ont dit qu'ils venaient par amour

et admis que nous leur avions confié un pouvoir

capable de détruire des villes sacrées.

Tu ne me regardais plus dans les yeux, tu étais loin.

Tu avais éteint la lumière et tu étais parti.

Je suis restée près de toi dans le noir,

j'ai murmuré ton nom, tu n'as pas répondu

je voulais m 'excuser, demander pardon

j'ai touché ton corps chaud, et toi tu n'as rien fait.

 

 

*

Tu n'es pas parti

Je t'ai aimé à ta façon, couronnant les mensonges de lumière

j'étais la méchante soeur, la marâtre, la fille rebelle,

je débouchais les bouteilles sans jamais les refermer,

j'étais tout ce que tu détestais.

Tu aimais mes cheveux, personne d'autre n'y toucherait

tu m'as offert une étagère, je ne cherchais pas ton regard.

Dehors les chats miaulaient mon nom enroulés sous les voitures,

à l'aube triste j'ai crié ton nom, je t'ai supplié de ne pas partir.

Tu ne l'as pas fait mais tu as posé tes conditions,

m'interdisant aux autres, je t'appartenais.

Sur le livre j'ai  écrit ton nom, et tu m'as donné une fille,

à elle seule j'appartenais, mais je devais baisser le front, rester pudique,

je n'allumais plus  les bougies du shabbat, pourtant

notre chambre étais pleine de prières,

je fermais les yeux pour atterrir sur ta terre tremblante.

Je t'ai supplié de ne pas partir,

puis de partir, mais

tu n'es pas parti.

 

 

מודעות פרסומת