Tu lui as écrit que tu n'écrivais plus de poésie

il ne peut rien y changer

si ce n'est citer à ton adresse le Qoelet

te dire d'observer la fuite du temps

et te soumettre. Ne pas aspirer aux jours disparus.

Mais tu regardes toujours  en arrière

ce qui en reste brille toujours

et captive tes yeux.

Tu veux recueillir cette liberté

et la ramener au nid,

des colliers scintillants d'instants morts

des bracelets incrustés de liberté illusoire

avant votre rencontre, la solitude était entraves.

Il est si facile de fuir, quand on n'est pas libre.

Ne pas écrire de poésie.

Ne pas penser. Ne pas parler.

Tu as tellement désiré le voir entrer dans la pièce

celui qui t'a incité à écrire. Et à aspirer.

français: michel eckhard elial

מודעות פרסומת