Dans la nuit je t'ai vu à travers l'écran de l'obscurité

dans le rêve j'étais sourire, chaude bruit
au corps

mais ton amour ne s'est pas apaisé,

seuls les boutons d'ascenseur de tes yeux, déconnectés,

se sont éteints.

Sur le toit de ma maison ta voix voyage

je tourne comme une ombre autour de l'amour

comme alors, dans un soupir

l'enfant fou éteignait les étoiles.

Si si tu reviens hiverner dans mon corps

j'effacerai ton visage comme une brise inutile

et je ne chercherai plus où est ton étoile,

car mon coeur est mort de ta mort.

Après que le vent, la froide brisure,

a ouvert la porte en fracas

j'ai entendu frapper et tu es entré t'asseoir

avec le désir de laver ton silence.

J'étais prête à renoncer, ailleurs était la pensée,

ailleurs le soupçon: j'ai crié que c'était ma faute

et tu as murmuré:  Viens vers moi,

et mon coeur ne s'est pas calmé, seule ma tête posée sur l'oreiller.

Tu m'as demandé de rester  cette nuit

quelque chose de bon peut arriver: au matin le corps est créé dans un cri.

Mais je me suis levée , et j'ai fui ton ombre

un voile blanc sur ma tête brûlait

me séparant comme un fantôme

du ciel, qui soudain s'est éclairci.

מודעות פרסומת