A la fin du cahier un poème

te ramenait toujours à ton lieu,

pour l'écrire

il te fallait oublier le nom

et le visage de ton miroir

quitter ce destin déjà gravé

comme un oreiller vidé de plumes.

De ta fenêtre tu te jetais sur le poème

embusqué en toi-même au secret de la nuit

qui surgit avec le jour

tu devenais un hibou dents acérées,

ton ventre écrasé pour faire naître les mots

pour la seule raison que c'était gratuit

et que tu n'avais pas d'argent.

מודעות פרסומת